Pourquoi les pèse-personnes sont boudés pendant les fêtes ?

Les pèse-personnes, encore connus sous le nom de balances, sont un outil extrêmement utile dans la mesure où, ils fournissent à l’homme des renseignements sur lui-même qu’il ne pourrait jamais avoir autrement. Leur principale fonction est de permettre à l’homme de connaitre son poids. Ils sont utilisés en domaine médical et paramédical.

Une version améliorée du pèse-personne originel est apparue il y a quelques années. Cette version vous permet, non seulement de connaitre votre poids, mais aussi d’avoir des informations telles que : le poids global (qui se détermine par comparaison du poids idéal au taux d’obésité), la totalité de la masse grasse, le pourcentage hydrique, la composition de la masse osseuse, les éléments du métabolisme (besoins nutritionnels fonction du cas), le taux de graisses des viscères et l’Indice de Masse Corporelle (IMC). Il n’est donc pas caché que les pèse-personnes sont très avantageux pour l’homme. Mais, il y a certaines circonstances ou l’homme préfèrerait qu’ils n’aient jamais existés. Au nombre de ces circonstances spéciales, il y a les fêtes. Pendant les fêtes, les pèse-personnes sont boudés. Pourquoi est-ce ainsi ? Et, surtout, devrait-ce être ainsi ? Cet article vient dans l’expectative de répondre à ces deux questions

Lire aussi : Notre article sur le COFFRE FORT

Pourquoi les pèse-personnes sont boudes pendant les fêtes ?

Lors des fêtes, les pèse-personnes sont considérés comme des ennemis. Ils sont vus comme des moralisateurs silencieux et inertes qui essaient d’empêcher les gens de s’amuser pleinement. On entend souvent : <<N’ai-je pas le droit de me lâcher pendant une seule soirée ?>>. Les gens pensent qu’abuser pendant les fêtes, c’est s’amuser. Absolument pas. C’est se ruiner la santé.

Pourquoi les pèse-personnes ne devraient pas être boudés pendant les fêtes ?

< Cette phrase de JJ Rousseau exprime clairement ce que nous voulons dire. Si, sous prétexte de vous amuser, vous transgressez les règles de vie que vous vous êtes prescrites. Mais, le pire est que les conséquences de ces moments de « plaisir » seront aussi graves que le plaisir n’a été fugace.