J’ai testé pour vous le coussin d’allaitement !

Quand on est prise dans la fièvre des courses avant l’arrivée de bébé, on a tendance à négliger certains détails. C’est dans ces moments qu’on a besoin qu’on a besoin d’un avis extérieur pour nous guider. J’ai donc décidé de tester pour vous le coussin d’allaitement.

Les caractéristiques idéales : taille et rembourrage

La taille et la malléabilité comptent pour beaucoup dans le confort qu’apporte le coussin. Personnellement, j’aime bien pouvoir m’en servir comme oreiller et le faire passer en même temps entre mes cuisses. De plus, un coussin qui prend toute la place dans le lit, ce n’est pas facile quand on partage son lit avec son conjoint qui a tendance à subir sans rien dire en raison de votre état. Plus il était malléable, plus je l’ai adoré. C’est pour ça que j’ai bien veillé à vérifier à l’achat que mon coussin contenait bien des microbilles et non du kapok. Pour celles qui ne le savent pas, je vous informe que le kapok agit comme la mousse, au bout d’un moment, il s’affaisse. Avec des microbilles par contre, le coussin prend toutes les formes que je lui donne et le rend moins encombrant dans certains cas. Votre coussin doit être assez doux pour vous accompagner en toute circonstance.

Le coussin adapté à toutes les situations

À partir du 5e mois, quand le ventre prend de la longueur et que les tiraillements dans le dos et les hanches commencent, on pense plus sérieusement à prendre un coussin. L’avantage d’avoir un coussin à la bonne taille et bon rembourrage c’est qu’il s’adapte à toutes les situations. Pour caler mon dos dans le lit comme dans le canapé, il est super. Les jambes lourdes ou enflées en fin de grossesse ne lui résistent pas. Une fois que mon bout de chou était là, le coussin est devenu mon allié pendant les tétées. Pour caler bébé dans le lit pendant que je range, il n’y a pas mieux. Il vous accompagne à chaque moment, et même après je m’en suis servi pour la déco quand j’ai sevré mon bébé.

Envie de lire un autre article ? C’est par ici.